mercredi 7 septembre 2016

La Moskowa - 7 septembre 1812

C'est aujourd'hui l'anniversaire de la victoire française de la Moskowa.
 
Le 7 septembre 1812, la Grande Armée de Napoléon affronte l'armée impériale russe commandée par Kutuzov à quelques dizaines de kilomètres de Moscou. C'est l'affrontement que Napoléon cherche depuis deux mois. Il veut battre les Russes et leur infliger la défaite décisive qui les forcera à conclure la paix selon ses conditions.
 
Au petit matin, les colonnes du général Delzons marchent sur le village de Borodino et la fête commence...
 
Bon, nous avons joué cette bataille mémorable le 14 juillet 2016 et... rien ne s’est passé comme prévu. Au moins pour les Français. Je ne vais pas faire un vrai compte-rendu parce que, honnêtement, j’ai vécu une de mes pires journées de jeu depuis que je pratique J
 
Une avalanche de jets de dés pourris qui n’a d’équivalent que le calvaire que j’avais vécu il y a quelques années au tournoi de Lyon – la seule compèt’ de figurines que j’ai jamais faite, ça fait envie de remettre ça J
 
Donc voici une série de photos. La qualité est variable, elles ont été prises par Hervé, Christophe, Thierry, Christian et un deuxième Christophe.
Christophe (Toutchkov) et Michel (Raïevski) qui scrutent la table peu avant le début de l'action.
 
Les Trois Flèches de Bagration
 
 Une autre vue de la même position
 
Et une autre avec le maître de céans, le prince Bagration qui montre le chemin de la castagne aux bataillons de la division Woronzov.
 
Une vue depuis Semenovaskaïa sur l'aile droite française
   
 
Au centre russe, la Grande Redoute de Raïevski
 
Le dit Raïevski qui me prépare un coup fourré (je vais jouer la division Morand, juste en face de lui)
 
Les éléments du VIIème corps russe en défense de la Grande Redoute
 
A leur gauche, l'autre division du VIIème corps, la cavalerie de Siewers et les grenadiers Mecklembourg occupant Semenovskaïa. Ce village aurait dû être fait d'isbas calcinées mais je n'ai pas eu le temps de les fabriquer...
 
De l'autre côté de la redoute, le VIème corps de Dokthorov soutenu par la cavalerie de Korff.
 
Ici, les positions de l'extrême gauche française.
Au premier plan, la cavalerie de l'armée d'Italie et la division Delzons
qui va bientôt s'attaquer à Borodino et sa belle église colorée.
Et Raïevski qui me soutire des informations tout en se préparant à me faire mal...
 
 Une vue depuis l'extrême gauche russe, au village d'Utitza,
tenu par le IIIème corps du général Toutchkov.
 
Chacun prend connaissance de son ordre de bataille.
 
Pendant ce temps, l'infâme Raïevski se demande ce qu'il fabrique sur cette colline.
 
L'état-major impérial et la grande batterie de la Garde qui va donner le signal de la bataille.
 
 A ses pieds, les troupes de Compans vont bientôt marcher à l'assaut des Flèches.
 
La batterie de Sorbier déclenche un tir monstre contre les Flèches.
 
Au centre français, Morand n'a toujours pas l'air d'être très bien réveillé...
 
 Du coup, l'infâme Raïevski et son complice l'abominable Dokthorov sont tout sourire :
 ils ont un plan !
 
Et tu parles d'un plan ! Le centre russe abandonne sa position défensive et descend à l'attaque du centre français ! En arrière, la garde du Tsar viendra apporter son soutien.
 
Un peu plus à droite, Ney se voit déjà maître des Trois Flèches...
 
...et il attaque...
 
 ...mais Hervé a campé un prince Bagration tout en sérénité
et n'a reculé devant aucun sacrifice de Français.
 
Au centre, Morand est toujours aussi dubitatif, tandis que son collègue Broussier pointe le problème du doigt : "si l'ennemi arrive jusque là, on est mal !"
Autour de la Grande Redoute, plus un seul Russe...
  
... ils sont tous contre nous.
 
A tel point que nos adversaires viennent carrément jouer de notre côté de la table.
 
Ils prennent leurs aises tandis que Broussier a du mal à cacher son inquiétude...
 
Il y a de quoi : nos troupes acculées ne peuvent sortir du goulet de Borodino.
 
De l'autre côté, furieux combats dans le bois d'Utitza entre les chasseurs de Schachovskoi et les troupes de Compans. A Utitza même, Les Polonais de Poniatowski repoussent les grenadiers russes.
 
Davout contemple l'échec des siens devant les Flèches,
 
tandis que Bagration est toujours aussi stoïque face à Ney.
 
Et seul Poniatowski parvient à prendre un peu de terrain
 
notamment grâce à l'appui du VIIIème corps de Junot. ce sera notre seule succès de la journée !
 
Mais là aussi, Toutchkov parviendra à rétablir la situation.
 
Toutes les unités spécifiques à la bataille étaient représentées.
Ici le 30° chasseurs à cheval (Ier corps de cavalerie de Nansouty).
 
J'ai encore pas mal d'images. Je tenterai de compléter ça au plus vite.
 

5 commentaires:

ludoredguard a dit…

je pense que Enorme est le terme exact et encore...

Phil a dit…

Absolument magnifique, la table, les décors l'environnement (quelle salle!), les figurines...Ne manquent que les isbas calcinées (oui je sais je suis taquin)! Bravo, vraiment superbe!

James Fisher a dit…

Bravo pour cet jeu de Borodino super!
Quel problem avec les photos? Tous sont très bien.
Félicitations à tous!

Apa a dit…

Merci pour vos commentaires.

Phil, j'avais annoncé m'attaquer à la Russie il y a quelques mois et tu m'avais conseillé la prudence : https://www.blogger.com/comment.g?blogID=1462852300719197480&postID=1026416051649918128&bpli=1
comment tu savais ? t'es devin ou tu portes la poisse :-))

Bon, la prochaine fois, j'essaierai peut-être contre l'Autriche alors... :)

Phil a dit…

Par moments devin, pas moments porteur de poisse...je privilégierais plutôt le second en ce mois de septembre maigre en victoires de mon côté...
Ceci dit la Russie offre de superbes paysages, et je suis certain que tes soldats y furent sensibles...
Maintenant que j'y pense, l'Autriche c'est magnifique aussi...
Ludiquement,
Phil.

Petites annonces

Ces figurines sont à vendre !!

Minis for sale !!


N'hésitez pas à me contacter pour avoir plus de renseignements (e-mail dans la colonne de gauche).

Please contact me for details (my e-mail adress is on the left side of the screen)